40/un vent pavillonnaire


Cette vieille plaisanterie, le Seigneur disant à Pierre, je vois ta maison d’ici. Personne ne joue de si froid bon matin dans les cours des fermes abandonnées. Le long de ce train, rempli bientôt seulement que d’oisifs aisés et de cadres remboursés sur justificatif, il y a une campagne morte où les animaux malodorants, broutants et bruyants ont été remplacés par de petits pavillons crépis de beige clair, à fenêtre carrées, huisseries blanches en p.v.c., avec au bout du jardinet clôturé de fer des piscines hors sol toutes bâchées du même bleu vernissé.

Pourquoi voudriez-vous toujours que nous imaginions de petites vies dans ces briques Lego posées dans ce paysage qui les défie. Elles ne feront pas de belles ruines, ni les maisons, ni les vies. Entre les usines et les parkings tant ordonnés, couverts de voitures neuves, il y a un cheval à qui le vent glacé ne fait rien.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 13 mars 2012



[RSS] |le mur du fond|

29 septembre 2013 // 70/ vrouleaux
27 septembre 2013 // 69/ vérité
25 septembre 2013 // 68/ macula
20 septembre 2013 // 67/ au jardin
18 septembre 2013 // 66/ jean
16 septembre 2013 // 65/ jours comptés
17 juin 2013 // 64/ beeeeeeeeeeeeeh
15 mai 2013 // 63/ reptilarium
2 mai 2013 // 62/ canard
25 avril 2013 // 61/ pur beurre
18 avril 2013 // 60/ tendu
15 avril 2013 // 59/ vautours
29 mars 2013 // 58/ de quelques moustaches
20 mars 2013 // 57 bis/ j’arrive II
4 mars 2013 // 57/ j’arrive I