en retour


où est le reflet ?Ce qui se retourne quand on retourne. Le chemin à l’envers, voie de l’œil indiquée par la position du fauteuil. Sorte de vie défilant avec rebours et vitesse. Cette vie serait : des silos à grains sous grands toits de tôle en bordure des rails, des quais de chargement de semi-remorques, du béton rouillé, des cabanes de jardinier en plein champ qui occupe tout ce que l’œil embrasse ; un campement de caravanes fumantes de froid et du linge gelé qui pend, des étendues de terre blanches et terre puis entièrement blanches, de grands oiseaux noirs corbeaux qui survolent, s’envolent, se posent ; un camion à benne rouge ouverte dont les roues font des gerbes de neige fondue accentuant l’impression de vitesse, des fermes anciennes avec toits jusqu’au sol et trois corps formant cours, des bosquets posés sur l’étendue où l’on rêve de loups apeurés ; des pavillons inachevés que l’on construit à vingt mètres de la voie, la bétonneuse débordant d’eau verdie, à vingt mètres de la voie ; le talus qui s’élève, surgit, couvre tout ; des chemins en bandes de drap blanc, un horizon de brouillard neigeux et de neige brouillée qui se rapproche comme la nuit, blanc, perle, gris, bleu ; la Loire cerclée de pluie, à la moitié du chemin nous ne sommes nulle part.

C’est bien.

texte et image (sauf si mention) : Pierre C. - 6 janvier 2009




[RSS] |marcher, la fenêtre ouverte|

11 février 2009 // assis 1
28 janvier 2009 // roulent galets
6 janvier 2009 // en retour
25 décembre 2008 // jésus + cochon = pause
4 novembre 2008 // vierge au cahier
4 novembre 2008 // perdre oeil
26 octobre 2008 // diana
26 octobre 2008 // périphérique
26 octobre 2008 // pot